Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 20 juin 2016

Taïwan : un jeune infirmier qui préfère vivre sous un ciel étoilé

La première fois où Eddie est venu à Taïpei, il avait déjà 22 ans. Dans la capitale, il a trouvé que le ciel nocturne comptait beaucoup moins d’étoiles que celui de sa région natale de Taitung, dans le sud-est de Taïwan.
C’était en 2014, et Eddie était alors élève infirmier à Kaohsiung, la grande cité portuaire du sud-ouest de l’île. Son diplôme en poche, il a depuis travaillé quelques mois dans un grand hôpital du nord de l’île, avant de retourner à Taitung au sein d’un établissement de taille plus modeste.

Eddie en habit de travail.
Eddie en habit de travail. (Crédit : D.R.).
Eddie est né dans une famille aborigène pangcah (邦查). Aussi appelésAmis (阿美), les Pangcah sont environ 200 000 à Taïwan – soit le plus nombreux des 16 groupes de population autochtones reconnus par l’Etat. Le petit village du district de Taitung où habite la famille d’Eddie est coincé entre la chaîne de montagnes côtière et le Pacifique. On y vit simplement. A la maison, on parle l’amis, une langue austronésienne. Les samedis sont rythmés par les activités paroissiales de la Véritable Eglise de Jésus, église pentecôtiste bien implantée dans la région.
A l’âge de 16 ans, Eddie quitte le village pour Taitung, le chef-lieu du district, où il est interne au lycée. Il s’inscrit ensuite à l’université à Kaohsiung, dans une filière commerciale. « Après deux années d’études de commerce, j’ai décidé de changer d’orientation, raconte-t-il. Mon camarade de chambrée était élève infirmier et cela m’a donné envie d’apprendre ce métier. Mais cela a été très difficile et stressant car j’ai dû assimiler en deux ans ce que les autres élèves apprennent en quatre ans. Et puis, j’ai été très déçu par mes stages infirmiers. Dans les services des hôpitaux, on est très dur avec les stagiaires et la pression est intense. 

Aucun commentaire: