Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 24 juin 2016

Comment convaincre aisément quelqu’un qu’il a commis un crime

Le Monde Blogs , par Pierre Barthélémy

C'est une donnée qui fait mal. Selon l'organisme américain Innocence Project, dont l'objectif est de faire sortir de prison celles et ceux qui ont condamnés par erreur, environ 30 % des personnes innocentées sur la base de l'ADN ont au préalable avoué un crime qu'elles n'ont pas commis. En France, un des exemples les plus mémorables de ce phénomène est celui de Patrick Dils, condamné – par deux fois – à tort pour le meurtre de deux garçons à Montigny-lès-Metz en 1986, après avoir reconnu les faits face aux enquêteurs. Si l'on met de côté les pratiques policières qui consistent à extorquer des aveux, lesquels constituent une des plus puissantes preuves retenues par la machine judiciaire, l'aspect le plus troublant du sujet tient au fait que, bien souvent, les suspects finissent par croire à la vraisemblance de l'histoire inventée qu'ils racontent, grâce à la force des "faux souvenirs". C'est pour comprendre la manière dont fonctionne ce processus que deux psychologues, Julia Shaw (université du Bedfordshire, Royaume-Uni) et Stephen Porter (université de Colombie-Britannique, Canada), ont élaboré une expérience originale dont les résultats, qui viennent d'être publiés par la revue Psychological Scienceeux aussi dérangent, car ils montrent à quel point il est simple de convaincre une personne qu'elle a commis un crime (au sens anglo-saxon du terme)...
Le phénomène des faux souvenirs n'est pas une question nouvelle en science. Notamment exploré par la chercheuse américaine Elizabeth Loftus, spécialiste mondiale de la malléabilité des témoignages, il a fait l'objet de nombreuses études montrant que les sujets reprenaient facilement à leur compte un scénario qu'on leur avait exposé au préalable. Toutes sortes d'anecdotes ont ainsi pu être implantées avec succès dans le cerveau de ces personnes, depuis le souvenir de s'être perdu dans un centre commercial à celui d'avoir triché à un examen, en passant – chez des enfants – par celui d'avoir pris le thé avec... le prince Charles. Restait à savoir si l'on pouvait tout aussi aisément manipuler la mémoire d'un adulte pour lui faire croire qu'il s'est rendu coupable d'un crime dans sa jeunesse

Aucun commentaire: