Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 6 février 2015

Rougeole, vaccination et autisme : la dispute qui enflamme l’Amérique

Le Monde.fr |  | Par 

Vaccination contre la rougeole.

L’information aurait pu rester purement médicale, mais elle enflamme depuis quelques jours la presse et la blogosphère américaines. Fin janvier, les Centers for Disease Control and Prevention (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, CDC) américains annonçaient un inquiétant retour de la rougeole aux Etats-Unis, avec 102 cas recensés au cours du mois, répartis dans 14 Etats, la plupart issus d’une contamination intervenue en décembre dans un parc d’attraction californien. L’organisme de veille sanitaire annonçait également les chiffres pour l’année 2014 : 644 cas recensés sur le sol américain, un record depuis l’éradication de la maladie aux Etats-Unis en 2000.

Depuis cette date, le nombre de cas – tous importés – n’excédait guère la centaine chaque année. Selon les CDC, la cause principale de ce retour de la rougeole (qui touchait entre trois et quatre millions d’Américains par an dans les années 1960) est principalement dû à une baisse de la couverture vaccinale, légère mais suffisante pour permettre la circulation du virus. Une part croissante de la population est en effet convaincue que le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéoles (ROR) peut induire un développement de l’autisme chez les tout jeunes enfants. Une peur sans fondement scientifique, basée sur une étude publiée en 1998 mais retirée depuis et largement considérée comme erronée.

Nombre de cas de rougeole recensés sur le territoire américain depuis 2001. Les 102 cas de 2015 sont ceux comptabilisés pour le seul mois de janvier.


Une tournure politique


Le sujet a pris une tournure politique lorsque deux candidats potentiels du Parti républicain à l’élection présidentielle de 2016, le sénateur du Kentucky Rand Paul et le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, ont indiqué, lundi 2 février, que les parents devaient avoir le « choix » de procéder ou non à la vaccination de leurs enfants. Une posture cohérente pour le sénateur, compte tenu de son ancrage idéologique libertarien, prompt à voir dans toute manifestation de l’Etat fédéral (comme l’obligation de recourir aux vaccins) une limitation des libertés individuelles. Une attitude plus surprenante de la part du gouverneur, qui avait par ailleurs imposé une quarantaine obligatoire pour toute personne ayant été en contact avec le virus Ebola en octobre. M. Christie est d’ailleurs revenu depuis sur ses déclarations, indiquant que ses propres enfants avaient été vaccinés « pour protéger leur santé et la santé de tous ».


Aucun commentaire: