Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 19 juin 2017

Un ver revient de l’espace avec deux têtes

Le Monde Blogs , par Marc Gozlan



Planaire à 2 têtes (une à chaque extrémité) à son retour Terre. En haut à gauche et en bas à droite : vue rapprochée de chaque tête. Morokuma J, et al. Regeneration. 2017;4:85-102.
L’observation est fascinante : une planaire ayant séjourné à bord de la station spatiale internationale (ISS) est revenue sur Terre avec deux têtes. Elle est la seule d’un groupe de quinze vers plats à présenter cette morphologie étonnante. Ces derniers avaient été décapités avant d’être embarqués à bord d’une fusée qui devait rejoindre l’ISS. L’objectif de ces expériences était de déterminer si un séjour dans l’espace pouvait affecter leur régénération. Autrement dit, si la microgravité ou le faible champ géomagnétique pouvait avoir un effet sur les planaires qui possèdent l’extraordinaire capacité de régénérer n’importe quelle partie endommagée de leur corps.

Les planaires sont des vers plats aquatiques, non-parasitaires, d’une longueur d’environ 10 mm de long pour un poids moyen de 0,25 g. Les spécialistes en biologie du développement les affectionnent tout particulièrement. Ces petits animaux représentent en effet des organismes de prédilection pour l’étude de la régénération cellulaire. Ils sont connus pour leur extraordinaire aptitude à reconstituer en l’espace de deux semaines des parties détruites de leur corps après une blessure traumatique. Ainsi, quand une planaire est sectionnée en deux, la partie qui porte la tête reforme la queue tandis que la moitié qui possède la queue régénère la tête. Mieux, lorsque la bestiole est découpée de telle façon que certains fragments n’ont ni queue ni tête, les différents éléments peuvent encore se « souvenir » de quel côté, de la tête ou de la queue, elles étaient le plus près. Les fragments régénèrent alors une tête et une queue dans une orientation conforme à celle qui prévalait quand l’organisme ne faisait qu’un.

Aucun commentaire: