Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 28 juin 2016

Le père de la psychanalyse, un héros d’Alexandre Dumas !

14/06/2016


Dans Le Comte de Monte Cristo, le célèbre roman d’Alexandre Dumas, le héros Edmond Dantès peut s’engager sur la voie d’une vengeance impitoyable grâce au trésor révélé par un certain abbé Faria. Or l’imagination de Dumas a puisé en partie à la source de faits et de personnages réels : Pierre Picaud[1] pour Edmond Dantès, et... l’abbé Faria lui-même, José Custódio de Faria[2], pour l’abbé Faria !
Évoqué par The American Journal of Psychiatry, le véritable abbé Faria est un ecclésiastique et scientifique portugais né en 1756 dans l’état de Goa (alors colonie portugaise en Inde) et mort à Paris en 1819. Il s’intéresse tardivement au « magnétisme animal » (ouvrant même un cabinet de « magnétiseur »), ce qui lui attire alors autant de fidèles « patients » que de détracteurs le considérant comme un « charlatan », un « fou» ou un « sorcier. » Mais quelle que soit la part réelle des choses, il demeure dans les mémoires comme l’un des « pères de l’hypnose » et un symposium[3] lui a été consacré en Juin 2014. Ce colloque a reconnu son rôle décisif dans l’étude du « sommeil lucide » (titre de son unique ouvrage dont une copie a pu être redécouverte à Goa par le psychiatre Rajendra Hegde, après de longues recherches).

Une préfiguration des travaux de Charcot et de Freud

S’inscrivant dans le contexte pré-révolutionnaire du XVIIIème siècle où le culte de la raison promu par la philosophie des Lumières s’associe paradoxalement à des conceptions irrationnelles comme celles des médecins Georg Ernst Stahl, Jean-Paul Marat et Franz Anton Mesmer sur une « circulation générale de fluides » (« phlogistique», « fluide igné », « fluide électrique », « fluide magnétique »...), les travaux de Faria préfigurent ceux de Charcot et de Freud sur l’hystérie, l’hypnose ou l’inconscient ayant marqué la psychiatrie.
Faria est donc à redécouvrir, comme un précurseur des psychanalystes, même si la doctrine de son contemporain Mesmer a marqué plus durablement les mémoires, sans doute en raison de sa meilleure implantation dans les réseaux mondains et de l’essaimage en obédiences orthodoxes, affiliées à sa « Société (mesmérienne) de l’harmonie universelle », ou en structures dissidentes. Un phénomène proche du cours de la psychanalyse où des groupes rivaux (freudiens, jungiens, lacaniens...) se sont souvent déchirés, en sapant ainsi la crédibilité (présumée scientifique) de leurs thèses arbitraires...
Dr Alain Cohen
RÉFÉRENCE
Roberts M : Abbé Faria (1756–1819): From lucid sleep to hypnosis. Am J Psychiatry, 173 (5): 459–460.

Aucun commentaire: