Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 11 décembre 2015

Qu’est-ce qu’un bon médecin ?

12/12/2015


Insupportable, méprisant et toujours sarcastique, le Dr House est pourtant quasiment infaillible quand il s’agit de poser un diagnostic complexe. Il est rare que son intelligence clinique lui fasse défaut et laisse les patients sur le bord du chemin. Faut-il pour autant considérer que le Dr House est un "bon" médecin, que sa technicité et sa compétence diagnostique "excusent" son absence quasiment totale d’empathie pour les patients ? Qu’est-ce qu’être un bon médecin : la question a taraudé des générations d’étudiants et de praticiens, pouvant être étonnés de voir certains de leurs patients préférer consulter des confrères pourtant réputés moins « compétents » ou au contraire s’interroger sur la désaffection de malades qu’ils n’ont jamais manqué d’écouter et de tenter de comprendre. La question taraude encore les blogueurs.

Le manque d’empathie peut être "oublié", moins facilement l’absence de technicité

Eternel défenseur de la notion de « bientraitance », Martin Winckler propose dans une note récente de son blog une réflexion sur les liens entre compétence et technicité. Le point de départ de cette réflexion est un tweet de l’écrivain et ancien médecin généraliste qui affirmait : « Un médecin dénué d’empathie n’est pas un professionnel compétent ». Bien sûr cette appréciation n’a pas manqué de susciter des réactions, comme souvent les maximes définitives du blogueur. Un médecin généraliste lui a notamment exposé son point de vue, remarquant que la technicité est sans doute la première des qualités que l’on exige des praticiens et que leur excellence en la matière permet « d’oublier » leur éventuel manque d’empathie. En guise de conclusion de son argumentation, l’interlocuteur de Martin Winckler donne pour exemple « l'obstétricien qui a mis ma fille au monde, un type extraordinaire pour faire des forceps, mais totalement dépourvu d'empathie, une terreur pour les étudiants. Finalement je lui suis reconnaissant que tout se soit bien passé, on lui demandait de la technique et de l'efficacité, le reste est oublié ».

Des médecins pas nécessairement bons juges de ce qui fait un "bon" médecin

Intéressé par cette réflexion, Martin Winckler s’emploie à y répondre longuement sur son blog L’école des soignants. D’abord, il remarque que les médecins ne sont probablement pas les meilleurs juges pour déterminer si la technicité seule peut suffire pour faire un "bon" médecin.

Aucun commentaire: