Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 11 janvier 2017

La schizophrénie et la pseudo-« dangerosité » des fous (suite)

L'Orient-Le Jour

LIBAN  
LA PSYCHANALYSE, NI ANGE NI DÉMON
05/01/2017





Le 14 décembre dernier, en Isère, en France, le psychiatre d'un schizophrène est condamné pour homicide involontaire. Le patient s'est échappé du centre hospitalier de Saint-Egrève et a commis un meurtre. Le psychiatre qui le suit, à l'extérieur de l'hôpital, le Dr Lekhraj Gujadhur, est condamné à dix-huit mois de prison avec sursis. L'avocat du psychiatre proteste: le centre hospitalier a été relaxé, le chef du service où le patient était hospitalisé et son médecin traitant à l'intérieur de l'hôpital ont été également relaxés.
Le tribunal a reproché au Dr Gujadhur d'avoir connu le patient, d'être au courant des faits précédents témoignant de sa dangerosité et de n'avoir pas fait le nécessaire: il n'aurait pas dû le suivre en ambulatoire (à l'extérieur de l'hôpital).
La décision du tribunal est grave. Elle renoue avec une période noire de la politique psychiatrique qui a précédé la mise en place de la politique de secteur: l'hôpital n'a plus de fonction centrale, les hôpitaux de jour, les appartements thérapeutiques, les hôpitaux de nuit ainsi que les centres médico-psychologiques permettent d'accompagner les patients dans leur lieu de vie. Cette politique de secteur, mise en place dans les années 60, a cassé la conception idéologique et nullement scientifique de la soi-disant dangerosité des fous.


Aucun commentaire: