Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 7 août 2016

Ce que j'ai appris des patients psychiatriques : la force de la sensibilité

05/08/16  

BELGIQUE

Entre un quart et un tiers des membres de notre société répond à un moment de sa vie aux critères d'un diagnostic psychiatrique. On qualifie parfois ce groupe de vulnérable.


Il est vrai qu'il s'agit d'une partie de la population qui doit avancer dans la vie en faisant preuve de vigilance, mais ces personnes possèdent aussi de nombreux talents susceptibles d'enrichir notre société et peuvent nous apprendre bien des choses sur notre mode de fonctionnement actuel. Si nous les abordons en respectant la force de leur sensibilité, nous leur épargnerons non seulement la souffrance supplémentaire de la stigmatisation, mais nous les aiderons aussi - et nous-mêmes par la même occasion - à apporter une contribution donnant plus de sens à notre société.
Tôt ou tard, nous avons directement ou indirectement affaire à des personnes confrontées à des défis d'ordre psychique. Ma fonction de psychiatre en formation m'amène à entrer chaque jour en contact avec ce groupe de personnes.

On les compare parfois aux canaris que les mineurs emmenaient avec eux pour détecter les émanations du dangereux méthane dans les entrailles de la terre. Hyper sensibles, les canaris perdaient rapidement connaissance en présence de faibles concentrations de grisou, avertissant ainsi les mineurs du danger imminent. Cette métaphore reconnaît que les personnes souffrant de symptômes psychiques ont quelque chose à dire à sur notre vie quotidienne effrénée. Mais je ne vois pas mes patients comme de petits canaris vulnérables. Ils sont à mon sens ceux qui sont inconsciemment suffisamment courageux et forts pour exposer quelques points sensibles de cette société.


Aucun commentaire: