Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

jeudi 29 octobre 2015

le marteau et le tamponnoir ou la culture hors sol

Blogs  |  PAR AGNÈS PIERNIKARCH

J'ai en mémoire la parabole de Lucien BONNAFE, qui, pour illustrer son propos choisissait avec soin l'image qui allait plus vite qu'un long discours, afin de permettre à son interlocuteur de saisir le sens de son intervention. Ainsi, afin de montrer  l'intérêt de l'action d'une équipe de secteur pouvant intervenir,  pour proposer des soins voire des soins intensifs en dehors d'une hospitalisation, ou pour préparer le patient à celle-ci et obtenir son consentement, il évoquait, si la demande des équipes se cantonnait à la simple demande de moyens supplémentaires pour l'équipe d'hospitalisation, l'histoire du marteau, de la vis, et du tamponnoir. L'auditoire, ébahi, se taisait, inquiet de la santé mentale de l'orateur. Même dans les années 80, plus personne ne savait à quoi pouvait bien servir un tamponnoir. Bref, dans "la boite à outil", le matériel était inadapté. Il était inutile de prendre un marteau de plus en plus lourd, c'est le marteau qui ne servait à rien. Lucien Bonnafé parlait d'un tamponnoir, on pourrait dire aujourd'hui, une perçeuse et une cheville, afin de faire tenir la vis.

La solution proposée par le lobby des Directeurs des Hôpitaux évoque cette anecdote.


Aucun commentaire: