Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

jeudi 23 mars 2017

Plein d'idées fausses sur le Sida chez les jeunes... et ceux qui le sont moins !

23.03.2017
Le week-end du Sidaction commence vendredi et pour trois jours. Comme chaque année, l’association a sondé les 15-24 ans pour connaître leur niveau d’information sur le VIH et le résultat est alarmant. Plus inquiétant … le reste de la population ne fait pas beaucoup mieux.

23% des 15-24 ans pensent par exemple qu’il existe des médicaments pour guérir du sida (22% tous âges confondus) et 21% qu’il y a un vaccin pour empêcher la transmission (16% tous âges confondus). Si les modes de transmissions sont largement connus des jeunes comme des moins jeunes, certaines fausses idées reçues, bien que minoritaires, ont la vie dure. 21% des 15-24 ans et 22% de l’ensemble des Français pensent que le virus du sida peut être transmis en embrassant une personne séropositive, 18% en s’asseyant sur un siège de toilettes publiques, 17% en buvant dans le verre d’une personne séropositive, 16% en entrant en contact avec la transpiration d’une personne séropositive, 12% en mangeant dans la même assiette qu’une personne séropositive et 7% en lui serrant la main.
Les connaissances sur les moyens d’empêcher la transmission révèlent également certaines réponses étonnantes. 9% des jeunes, 5% de la population générale croient ainsi que la prise de paracétamol peut-être un moyen efficace d’éviter la transmission. 14 % et 11 % répondent la même chose pour la pilule contraceptive, 15% et 12% pour l’utilisation d’un produit de toilette intime et 14% pour la pilule du lendemain !
Ces méconnaissances des Français ne sont sans doute pas sans lien avec un sentiment d’information en baisse chez les Français et particulièrement les jeunes. Il a ainsi chuté de dix points par rapport à 2014 : 21% s’estiment mal informés en 2017 contre 11% en 2014. 42% déplorent un manque d’information sur les lieux où se faire dépister ou 55% sur l’existence de l’autotest de dépistage. Pour cette tranche d’âge, le médecin traitant (21%) ou scolaire (18%) reste un des canaux principaux d’information sur le sujet, même si les sites internet (32%) gagnent du terrain et que les médias (23%) et l’entourage familial (22%) sont toujours sollicités en priorité.   

Aucun commentaire: