Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 9 septembre 2016

Un tiers des États membres de l'ONU ne reconnaissent pas aux personnes souffrant de maladie mentale le droit de voter ou de se marier

GENÈVE, September 5, 2016 /PRNewswire/ --
À l'occasion de la Journée mondiale « Mind Matters » 2016, une étude des lois et politiques en place dans 193 États membres de l'Organisation des Nations Unies (ONU) menée à l'échelon mondial et financée par l'Association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association - WPA) met en évidence le degré de discrimination dont sont victimes les personnes souffrant de maladie mentale en matière d'emploi, de droits de vote, de mariage et de passation de contrats.
Les conclusions de l'étude, reprises dans le rapport « Social Justice for People with Mental Illness » publié par l'International Review of Psychiatry, montrent que :
  • 37 % des pays refusent aux personnes ayant des problèmes de santé mentale le droit de se marier
  • Dans 11 % des pays, les problèmes mentaux sont des motifs suffisants pour annuler un mariage ou le frapper de nullité
  • Dans 36 % des pays, les personnes atteintes de troubles mentaux ne sont pas autorisées à voter
  • Dans près d'un quart des pays, il n'existe pas de lois pour lutter contre la discrimination à l'embauche de personnes souffrant de troubles mentaux
  • Plus de la moitié des pays ne disposent pas de lois offrant une protection explicite contre les licenciements/suspensions et résiliations de contrats de travail pour raisons de santé et notamment pour problèmes de santé mentale
  • 38 % des pays refusent aux personnes ayant des problèmes de santé mentale le droit de conclure des contrats
  • 42 % des pays ne reconnaissent pas aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale le droit de rédiger leur propre testament

Aucun commentaire: