Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 4 octobre 2013

L'EPS Barthélemy Durand d'Étampes étend son offre psychiatrique sur Sainte-Geneviève-des-Bois



Le 30 septembre dernier, l'Établissement public de santé (EPS) Barthélemy Durand d'Étampes a inauguré un second site hospitalier à une trentaine de kilomètres au nord de l'Essonne, à Sainte-Geneviève-des-Bois. Le nouvel ensemble accueille cinq des neuf unités d'hospitalisation de l'hôpital psychiatrique francilien (G05 Sainte-Geneviève-des-Bois; G06 Longjumeau; G07 Savigny-sur-Orge et Viry-Châtillon; G08 Grigny et Morsang-sur-Orge; G09 Draveil, Athis-Mons et Juvisy), rejoignant ainsi l'unité d'hospitalisation pour adolescents ouverte en février 2012, précise l'EPS dans un communiqué. Chacune des cinq nouvelles unités compte 25 lits essentiellement en chambres individuelles, soit un total de 125 lits contre 143 précédemment pour les cinq secteurs concernés, avec deux unités en rez-de-chaussée et trois au premier étage. Ce repli capacitaire a notamment été permis grâce à l'ouverture d'une Maison d'accueil spécialisée (MAS) de 60 places sur Étampes.

Le nouveau site de Sainte-Geneviève-des-Bois de l'EPS d'Étampes
Par le biais d'un bâti privilégiant des matériaux naturels tels que le bois, ce second site offre un accueil et des conditions d'hébergement "repensés et modernisés", argue l'EPS. L'édifice est signé par l'agence Pargade architectes, associée aux bureaux d'études Beton et Cap Terre pour le volet Haute qualité environnementale (HQE). La Surface hors œuvre nette (SHON) de 7 800 m2 a nécessité 38 mois de réalisation pour un investissement global de 27,9 millions d'euros, dont 1 million d'équipements. Le terrain appartient au Groupe public de santé (GPS) parisien Perray-Vaucluse, qui a signé une convention de transfert de gestion de la parcelle concernée, conformément à l'article L2123-3 du code général de la Propriété des personnes publiques. Pour le financement, l'EPS a bénéficié du Plan régional d'investissement en santé mental (Prism), sous la forme d'un abondement de sa base budgétaire à hauteur de 1,12 million d'euros par an sur vingt années. L'établissement a également souscrit un emprunt de 17,5 millions d'euros.
Thomas Quéguiner
Tous droits réservés 2001/2013 — HOSPIMEDIA

Aucun commentaire: