Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

samedi 1 avril 2017

Aide au suicide des vieillards : cette fois, les médecins néerlandais se rebiffent

30.03.2017



Avec la Belgique, les Pays-Bas ont été en 2002 le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie des personnes malades dont la souffrance est "insupportable et sans perspective d'amélioration". Jusque-là, les médecins néerlandais avaient plutôt accompagné le mouvement. Mais le dernier projet gouvernemental qui vise les personnes âgées qui ont le sentiment d'avoir "accompli" leur vie, même si elles ne sont pas malades ne passe pas auprès des blouses blanches.

Dans le cadre de l'aide au suicide, "les personnes qui pensent, après avoir mûrement réfléchi, avoir achevé leur vie, doivent, sous de strictes conditions et selon des critères très précis, être autorisées à finir leur vie d'une manière qui leur semble digne", avaient affirmé en octobre les ministres de la Santé et de la Justice dans une lettre adressée au Parlement. Un "assistant à la mort", ayant bénéficié d'une formation médicale spécifique, devra autoriser la procédure après avoir exclu qu'un traitement puisse effacer ce "souhait de mort".
La fédération néerlandaise des médecins a qualifié de "non souhaitable" le futur projet de loi :  "Une telle proposition radicale n'est pas souhaitable pour des raisons pratiques et de principe", a indiqué la Société royale néerlandaise pour la promotion de la médecine (KNMG) dans un communiqué publié dans la nuit de mercredi à jeudi. Pour la fédération des médecins, qui représente 59.000 praticiens et étudiants, "une autre loi à côté de la loi sur l'euthanasie va mener à l'érosion de la pratique consciencieuse de l'euthanasie" ainsi qu'à "des sentiments d'insécurité auprès des personnes âgées et la stigmatisation de la vieillesse".
La KNMG a fait part de ses préoccupations aux quatre partis politiques négociant pour former une nouvelle coalition gouvernementale sur cette thématique qui devrait peser dans l'élaboration d'un accord de gouvernement.

Aucun commentaire: