Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 31 mars 2017

Un singe savant obtient 653 points sur 1 000 aux ECNi blanches

01.04.2017

singe
Bobo a suivi un entraînement de plusieurs mois pour apprendre à...
Crédit Photo : AFP


Entraîné pendant deux ans dans un centre de recherche privé de Genève, Bobo, singe savant, a obtenu 653 points sur 1 000 aux dernières épreuves classantes nationales informatisées (ECNi) blanches. Les résultats ont été authentifiés par le CNG, organisateur des épreuves. Alors que 8 033 étudiants composaient dans leur faculté du 6 au 8 mars, Bobo planchait seul à Genève.
Expert dans le maniement de la tablette et doué d’une extraordinaire mémoire visuelle, ce chimpanzé âgé de 5 ans est parvenu à cet incroyable résultat en décrochant des notes maximales aux QCM. En revanche, son expression étant limitée et son orthographe défaillante, il a eu une note catastrophique à la LCA (lecture critique d’article). Il n’empêche. Ce résultat permettrait à ce singe savant d’être virtuellement classé en rang utile pour décrocher une spécialité médicale. « Bobo est doté de capacités intellectuelles inférieures aux carabins mais sa performance prouve qu’en potassant ses cours, il est tout à fait possible de franchir les 600 points aux ECN sans effort surhumain », commente le Pr André Klaar, directeur de recherche au centre de recherche clinique de Genève.

Tout démarre au cirque
Le projet fou démarre au cirque Zavatta en tournée en Suisse, où le Pr Klaar découvre Bobo lors d'un spectaculaire numéro de jonglage. Il est ébloui par la performance de l'animal. Le médecin a été fortement marqué par une très sérieuse étude selon laquelle des singes avaient obtenu de meilleurs résultats que les hommes lors de placements en bourse. « J'étais persuadé qu'un singe qui peut apprendre et se souvenir de tels numéros pourrait réaliser des prouesses aux ECN, commente le Pr Klaar. À ces épreuves, il suffit essentiellement de mémoriser ! »
Le scientifique helvète acquiert le chimpanzé. Depuis ses 3 ans, Bobo est astreint à un entraînement régulier, apprenant tout d’abord à manier la tablette. Un organisme de prépa privée lui prodigue ensuite des sessions d’entraînement particulier à raison de 6 heures par jour. Le singe doit remplir quotidiennement une vingtaine de dossiers cliniques. S’il réussit à obtenir 70 % des points sur chacun d’eux, il est récompensé d’une banane.
« Nous avons été bluffés par la régularité des résultats de Bobo, nous n’imaginions pas qu’il pourrait manger autant de bananes », affirme le Pr Klaar. Contrecoup de ces bonnes notes, le chimpanzé a pris 5 kg en 6 mois. Il doit maintenant s’astreindre à un régime draconien.
Une solution contre les déserts ? 
Après cet incroyable succès aux ECNi blanches, le Pr Klaar souhaite que le chimpanzé puisse passer les épreuves officielles et pourquoi pas exercer. « Bobo pourrait tout à fait pratiquer la médecine en bénéficiant du compagnonnage d'un confrère au moins dans le cadre de la télémédecine », clame l’enseignant. L'Ordre vétérinaire y serait favorable mais l'Ordre des médecins, sous la pression de la conférence des doyens, s'y oppose formellement. « Nous souffrons déjà de la concurrence des robots, nous n'allons tout de même pas laisser un primate faire le boulot à notre place », s'emporte un mandarin.
Le Pr Klaar est lui persuadé que Bobo et ses congénères sont une solution à la désertification médicale.
Pirlo Vassondi (correspondant à Genève)

Aucun commentaire: