Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 4 janvier 2016

Si « Le Généraliste » était paru en janvier 1913 Du naphte pour s'enivrer...

05.01.2016

L’Amérique, la terre classique des excentricités de toutes sortes, vient de nous révéler un nouveau genre d’ivresse d’une nature originale. Il existe à Boston et dans les environs un nombre très considérable de manufactures de caoutchouc à la purification duquel le naphte est employé.

Ce naphte, en ébullition, est contenu dans de grandes cuves et soigneusement préservé des atteintes de l’air. Ces manufactures sont une ressource précieuse pour la classe ouvrière car on y emploie une grande quantité de femmes et de jeunes filles. On ne tarda pas à s’apercevoir, dans l’une de ces fabriques, que la presque totalité des ouvrières semblait être dans un état perpétuel d’ébriété. On les surveilla et l’on fut stupéfait de constater qu’elles s’enivraient à plaisir en respirant les vapeurs qui s’échappaient des chaudières de naphte. Ces femmes déclarèrent que ce funeste abus était devenu pour elles presque une nécessité par l’habitude quelles en avaient contracté. Les sensations que cette ivresse procure sont, paraît-il, si délicieuses qu’elles surpassent les enchantements et les molles rêveries que font naître l’opium et le haschisch. »

(Gazette médicale de Paris, juillet 1913)

Aucun commentaire: