Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 29 juillet 2018

Hospitalisations en psychiatrie, peu importe la distance…

 26/07/2018




Réalisée dans l’Ontario (Canada), une étude rétrospective évalue « les relations entre l’accessibilité à l’hôpital (psychiatrique), le contexte socio-économique et la répartition géographique » des admissions en service de psychiatrie de patients adultes avec des troubles cognitifs. 

Portant sur 4 550 sujets et sur 7 637 admissions distinctes, soit en hôpital psychiatrique, soit en unité psychiatrique d’un hôpital général (entre 2011 et 2014), cette étude concerne des patients ayant reçu un diagnostic (au sens du DSM-IV) de « délire, démence, amnésie ou d’autres troubles cognitifs. » Pour examiner, dans 516 zones postales[1] de l’Ontario, la relation entre l’accessibilité des lits en psychiatrie disponibles en hôpital général ou en centre spécialisé, la marginalisation (socio-géographique) de la région, le taux d’hospitalisation et le risque d’admission en service psychiatrique de sujets avec troubles cognitifs, les auteurs ont recouru notamment à une « régression de Poisson dans des modèles d’interaction spatiale »[2]. Cette étude permet d’observer un « regroupement géographique significatif des hospitalisations en psychiatrie » dans les régions où les sujets adultes avec des troubles cognitifs ont un risque d’admission en psychiatrie « 2 à 7 fois plus élevé que la moyenne. » Les auteurs constatent que l’instabilité résidentielle, le taux global d’hospitalisation, et un type d’habitat « concentré » (concentrated dwellings) sont significativement associés à une augmentation du risque relatif d’admission en psychiatrie. Mais contrairement à ce qu’on pourrait présumer a priori, une association analogue n’est pas observée avec « la distance (du sujet) à l’hôpital général ou psychiatrique le plus proche. » En d’autres termes, la distance à un service psychiatrique ne présente pas, contre toute attente, une influence significative sur le risque d’hospitalisation en psychiatrie, du moins dans cette province du Canada.

[1] Il s’agit là des zones d’acheminement postal (Forward Sortation Areas) au Canada.

Dr Alain Cohen
RÉFÉRENCE
Perlman CM coll.: Geographic clustering of admissions to inpatient psychiatry among adults with cognitive disorders in Ontario, Canada: does distance to hospital matter? The Canadian Journal of Psychiatry, 2018, 63(06): 404–409.

Aucun commentaire: