Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 26 août 2018

La psychanalyse n'est-elle qu'une pseudo-science ?


Par Olivier Monod 24 août 2018

[Image d'illustration] Un centre médical pour adultes autistes, en 2012.
[Image d'illustration] Un centre médical pour adultes autistes, en 2012. Photo Jean-Philippe Ksiazek. AFP

La défiance des milieux scientifiques envers la psychanalyse existe depuis son apparition à la fin du XIXè siècle. Le débat a été relancé ces dernières années, notamment en raison de l’émergence des thérapies cognitivo-comportementales.

Nous avons reformulé la question qui était :«Quelles sont les publications scientifiques faisant état d’une efficacité supérieure au «placebo» concernant la psychanalyse ? Avec le peu de données scientifiques et le peu d’effets bénéfiques (supérieur au placebo) mesurés, la psychanalyse est-elle une croyance ? Sa persistance dans les milieux psychiatriques et du médico-social en France en font-elles une pseudo-science ?»
La question est évidemment orientée, suggérant que la psychanalyse n'a aucun effet. Toutefois, cette position n’est pas exactement représentative de la littérature scientifique.

Ainsi le rapport de 2004 de l’Inserm (Psychothérapie : Trois approches évaluées) peu amène pour la psychanalyse puisqu’il la considérait comme globalement moins efficace que les thérapies cognitivo-comportementale, lui reconnaissait tout de même une «preuve d’efficacité établie par une méta-analyse et des études contrôlées randomisées pour traiter les troubles de la personnalité, en particulier les troubles de la personnalité borderline et une présomption d’efficacité établie par des études contrôlées randomisées pour traiter les troubles paniques sous antidépresseurs et l’état de stress post-traumatique». Nous ne sommes donc pas dans le domaine d’une «croyance».
Comparer la psychanalyse à l’effet placebo ouvre des réflexions complexes. L’effet placebo, pour tester un médicament, s’établit comme suit : la moitié des patients suivent le même protocole de soin que les autres, mais la pilule qu’ils reçoivent ne contient aucun principe actif. Comment définir le groupe témoin pour la psychanalyse? «On résume souvent le placebo au corps qui se guérit tout seul. Mais ce n’est pas cela. Le patient est en relation avec son thérapeute. Chacun investit l’autre. Cet engagement personnel des deux protagonistes, permet au patient de guérir sans l’intervention de molécule active. Toute la psychanalyse consiste à travailler sur ce lien et à mettre en place un processus pour que la parole libère», explique Denys Ribas psychiatre et psychanalyste, président de la Société psychanalytique de Paris.
Cette défiance des milieux scientifiques envers la psychanalyse existe depuis son apparition à la fin du XIXè siècle. Le débat a été relancé ces dernières années, notamment en raison de l’émergence des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et de la concurrence qui en résulte. Une partie des psychanalystes essaient de se plier aux exigences de la «médecine par la preuve» (evidence based medecine en anglais). On peut citer les publications «Evaluation clinique des psychothérapies psychanalytiques»«Sur la validité de la psychanalyse» ou encore «La scientificité de la psychanalyse : faux débat épistémologique, vrai challenge méthodologique».
La méthodologie de l’évaluation est au cœur de leurs réflexions. D’autres refusent d’entrer dans ce débat et interrogent la notion de science, comme Jean- François Solal, psychiatre et psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne: «Ce débat pose deux questions : qu’est-ce que la science? Et la science est-elle la seule à détenir la vérité? La psychanalyse est une pratique qui met en relation une théorie et des cas concrets de patients. Elle est une science dans sa démarche de confrontation de résultats entre professionnels mais son objet n’est pas nécessairement quantifiable selon les critères de «l’evidence based medecine».»
Cette polémique a notamment été nourrie à propos de l’autisme. Des prises en charge psychanalytiques de l’autisme ont conduit des thérapeutes àculpabiliser les parents. Un conflit est né entre parents de malade et psychanalystes allant jusqu’au dépôt d’un amendement en 2016 à l’Assemblée nationale réclamant l’interdiction de la psychanalyse dans le traitement de l’autisme. L’amendement n’est pas passé mais depuis 2012 et une controverse sur l’utilisation de la méthode du packing (on enveloppe un patient particulièrement agité dans des draps humides), la Haute autorité pour la santé (HAS) considère la psychanalyse comme une «intervention globale non consensuelle» dans le traitement de l’autisme, argumentant que «l’absence de données sur leur efficacité et la divergence des avis exprimés ne permettent pas de conclure à la pertinence», ni à l’absence de pertinence, peut-on ajouter.
Aujourd’hui, la HAS comme les psychanalystespréconisent une approche coordonnée de plusieurs acteurs dans la prise en charge de l’autisme. «Que des psychanalystes puissent dire «je guéris l’autisme avec la psychanalyse», c’est une imposture. Mais intégré dans un traitement plus globale, il m’est arrivé de suivre des enfants autistes à mon sens avec bonheur», affirme Jean-François Solal.
En résumé : La psychanalyse a fait la preuve de son efficacité, au moins pour certaines pathologies. Son mode d’action et son objet d’étude la rendent difficile à évaluer ce qui alimente le débat. Par ailleurs elle respecte une partie de la méthode scientifique, notamment la critique par les pairs. Dans le cas particulier de l’autisme, les errements du début ont tendu les relations avec certaines associations de parents.


Aucun commentaire: