Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 10 avril 2017

Le taux d'agents concernés par un travail en 12 heures diminue de 2,2% dans les CHU en 2015

La traditionnelle enquête annuelle, sous forme de "Bilan social", restituant les caractéristiques des ressources humaines dans les établissements de santé, vient d'être publiée sur le site de l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) pour les données 2015. Une enquête qui n’est obligatoire que pour les établissements publics de plus de 300 agents. L'ATIH y signale que la "proportion d'agents concernés par un horaire dérogatoire en 12 heures diminue fortement" dans les CHU avec -2,2 points entre 2014 et 2015. Tous hôpitaux confondus, la proportion d’agents concernés par travail en 12 heures diminue de -0,8 point sur la période, mais la situation est contrastée selon les catégories d’établissements. Dans les CH de taille moyenne, elle augmente légèrement (+0,5 point). Enfin, la proportion d’agents concernés par les 12 heures stagne entre 2014 et 2015 dans les "petits" CH et de les CH spécialisés en psychiatrie et santé mentale (ex-CHS).
Par ailleurs, le nombre moyen de jours stockés sur un compte épargne temps (CET) est de 26,1 jours (-0,6 jour par rapport à 2014) par agent, pour le personnel médical. Cet indicateur "varie cependant entre 3,2 et 42,2 jours pour 80% des établissements", relève l'ATIH. Pour les personnels non médicaux, le nombre moyen de jours de CET stockés est de 3,6 jours (+0,3 jour) par agent. Il se situe entre 1,2 et 6,6 jours pour 80% des établissements. Le taux d’absentéisme du personnel médical est de 3,4% (+0,1 point par rapport à 2014). Pour 80% des établissements, il se situe entre 0,9% et 6,3%. Il se décompose en 0,1% pour l’absentéisme inférieur à 6 jours et 3,3% pour l’absentéisme supérieur ou égal à 6 jours. Pour les effectifs non médicaux, le taux d’absentéisme est de 8,1% (stagnation par rapport à l'an dernier) et varie entre 6,2% et 9,6% pour 80% des établissements, avec 0,4% pour l’absentéisme inférieur à 6 jours et 7,6% pour celui supérieur ou égal à 6 jours.
Enfin, entre autres évolutions relayées par ce nouveau bilan social, la part des dépenses d’intérim dans les dépenses de personnel progresse globalement de +0,1 point entre 2014 et 2015. Alors qu’elle augmente de +0,3 point pour le personnel médical, elle stagne pour le personnel non médical. "L’évolution est variable d’une catégorie d’établissements à l’autre pour le personnel médical", commente le rapport. Alors que la part des dépenses d’intérim du personnel médical croît dans l’ensemble des catégories d’établissements, elle diminue de -1,4 point dans les "petits" CH. Le taux de rotation des effectifs non médicaux augmente globalement de +0,5 point. Il augmente pour l’ensemble des catégories d’établissements à l’exception des CH de taille moyenne. Ces derniers enregistrent une diminution de -0,4 point du taux de rotation.
Caroline Cordier

Tous droits réservés 2001/2017 — HOSPIMEDIA

Aucun commentaire: