Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 7 août 2015

Si « Le Généraliste » était paru en août 1913 L’alimentation n’influe pas sur le caractère

07.08.2015

« Il est assez coutumier d’admettre que le végétarisme rend les hommes doux, trop doux même, au dire de certains, puisqu’on n’hésite pas à attribuer à ce régime la mollesse et la soumission des Orientaux végétariens.

Le Dr Vigneaud ne partage pas cet avis et il cite, à l’appui de son dire, les horribles massacres d’hommes, de femmes et d’enfants qu’ont fait les Japonais lors de l’occupation de Port-Arthur. Quand ils occupèrent Formose, ajoute-t-il, ils publiaient des édits pour inviter les habitants à rentrer dans leurs villages où ils les égorgeaient en masse. En Corée, il en a été de même et ces faits prouvent qu’ils sont restés barbares comme ils l’étaient avant d’avoir pris tous les ridicules de la civilisation occidentale.


Dans la “Chronique médicale”, le Dr Michaud a publié, de même, quelques pages intéressantes sur la médecine au Japon où il parle de la cruauté et de la duplicité de ses collègues d’Extrême-Orient qui emploient les méthodes les plus douloureuses sans formuler de diagnostic précis.

Revenant à son appréciation personnelle, le Dr Vigneaud rappelle encore que le soldat turc, qui est le plus sobre de tous les soldats, l’a pleinement justifiée en montrant une particulière férocité dans les massacres en Arménie et il conclut qu’il serait superflu d’insister : “Le genre d’alimentation n’influe en rien sur le caractère et, quelles que soient nos habitudes alimentaires, c’est l’éducation qui fait de nous des gens civilisés et nous éloigne chaque jour des mœurs barbares d’autrefois que nous retrouvons encore chez les peuples les plus récemment venus à la civilisation”.

Voilà qui est fort bien pensé et nous sommes heureux de voir confirmer, en d’autres termes, ce que nous avons formulé déjà : “L’alimentation dépend beaucoup plus de la nature de l’individu que celui-ci de ses habitudes alimentaires”. »

(La Gazette médicale de Paris, août 1913)

Aucun commentaire: