Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mardi 19 février 2013


Infirmier, un des métiers qui manque le plus de main d'oeuvre, dans la Nièvre

C‘est l’un des métiers les plus en tension en Bourgogne, d’après le ratio offres d’emploi/demandeurs. Les infirmiers ne sont pas assez nombreux pour répondre à l’ensemble des offres d’emploi qui les concernent. Selon le conseil départemental de l’ordre des infirmiers (CDOI), la situation n’est pas très différente dans notre département.
D’après David Colmont, représentant la délégation du CDOI, ce n’est pas nouveau. Selon lui, la Nièvre fait partie des « régions les plus sinistrées. » « Ici, il y a beaucoup d’offres d’emploi. Mais dans le sud, vous trouverez peu de postes. »
L’étude de l’Insee portant sur des chiffres de mars 2012, David Colmont tient à apporter une précision. « L’année 2012 a été très particulière. Les modalités de formation ont changé : au lieu de terminer leur cursus en décembre, les étudiants sont sortis en juillet. » En mars, le nombre de candidats était donc inférieur à ce qui est attendu habituellement en début d’année. Ce qui a dû amplifier le phénomène de pénurie. Pour autant, David Colmont reconnaît que le manque d’infirmiers existe. Et ce, bien avant l’entrée sur le marché du travail. « Même au niveau des écoles, il y a davantage d’offres de formation que de candidats. » Les contraintes du métier auraient-elles un effet négatif sur la motivation des diplômés, comme le constate l’Insee?? « C’est vrai mais pas plus qu’avant », avoue David Colmont. « C’est sûr que c’est moins difficile de recruter quelqu’un sur un poste sans travail le dimanche. Mais il y a une compensation financière. » 

Jenny Pierre

Aucun commentaire: