Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

vendredi 9 juin 2017

Quel bénéfice de l’exercice physique sur la cognition dans la dépression ?

26/05/2017


S’appuyant sur des recherches dans des bases de données médicales (y compris certaines bases moins exploitées en Europe occidentale, comme Russian Science Citation Index et Korean Journal Database), une équipe italienne examine l’impact éventuel de l’exercice physique sur les troubles cognitifs chez des adultes avec une symptomatologie dépressive (au sens du DSM-III, du DSM-IV, de la CIM-9 ou de la CIM-10), en phase aiguë ou en phase de rémission. Les paramètres évalués concernent les fonctions cognitives globales et, plus spécifiquement, la vitesse de traitement des informations, l’attention, la vigilance, la mémoire de travail, la mémoire verbale, la mémoire visuelle, le raisonnement.

Parmi 4 734 publications, les auteurs n’ont retenu finalement pour cette méta-analyse que 8 études entrant dans leurs critères d’inclusion et portant sur 637 patients de 18 à 72 ans (âge moyen : 46,5 ans) suivis pour une dépression. Parmi ceux-ci, 365 sujets ont été dirigés de façon aléatoire vers la pratique d’un exercice physique. Les auteurs constatent que cette pratique d’un exercice physique n’entraîne en définitive « aucun bénéfice significatif pour la cognition, ni d’ordre global ni pour des domaines cognitifs plus spécifiques. » Dans cette absence d’effet de l’exercice physique, des analyses plus fines n’ont montré non plus aucune différence établie en fonction du temps consacré à sa pratique (brève ou prolongée), ni selon sa fréquence (une seule ou plusieurs séquences d’exercices par semaine), ni selon l’intensité de cet exercice physique (faible, moyenne ou élevée).
En conclusion, les auteurs estiment donc que leur méta-analyse ne plaide pas en faveur d’un intérêt évident de l’exercice physique pour améliorer l’aspect cognitif des troubles observés lors d’une dépression. Mais, bien entendu, ce constat précis n’enlève rien à l’intérêt largement reconnu de l’exercice physique et du sport dans d’autres domaines, en particulier certaines comoborbidités souvent associées aux symptômes dépressifs : syndrome métabolique, hypertension, obésité, sédentarité...
Dr Alain Cohen

RÉFÉRENCE
Brondino N et coll.: A systematic review of cognitive effects of exercise in depression. Acta Psychiatr Scand, 2017 ; 135: 285–295.

Aucun commentaire: