Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

dimanche 4 juin 2017

INTERVIEW Elisabeth Roudinesco «L’infidélité est nécessaire pour assumer un héritage»


Par Simon Blin — 

Si l’on répète ce qu’un maître a enseigné, on devient un perroquet dénué de créativité, estime l’historienne de la psychanalyse

Trahir tout le peuple tout le temps, c’est ce que François Fillon a fait et il a perdu l’élection. Voilà, explique l’historienne de la psychanalyse Elisabeth Roudinesco, une trahison politique pleine et entière. Et puis, il y a l’indispensable infidélité de l’élève aux enseignements du maître, c’est à ce moment que l’enseigné dépasse l’enseignant.

Imposture, délation, parjure, désertion, mensonge, infidélité… les différents types de trahisons se valent-ils tous ?


Tous ces termes sont différents. L’imposture est une supercherie, la délation, une abjection, le parjure, la violation d’un serment, le mensonge, le signe d’une faiblesse grave consciente ou inconsciente, la désertion, une lâcheté. L’infidélité, c’est autre chose. Elle est nécessaire pour assumer un héritage quel qu’il soit. Jacques Derrida disait que pour être fidèle à un héritage il faut lui être infidèle. En effet, si l’on répète ce qu’un maître a enseigné, on devient un perroquet dénué de créativité.

Aucun commentaire: