Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

lundi 24 mars 2014

Rémunérations, intérim, absentéisme, CET : les bilans sociaux des hôpitaux au révélateur

25/03/2014


Le ministère de la Santé et l’agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) publient les bilans sociauxde 348 hôpitaux, ayant transmis leurs données 2012 (tout ou partie de leur bilan social).

• Les médecins mieux payés dans les hôpitaux de taille moyenne

Analysé dans 223 établissements, le coût moyen annuel par ETPR(équivalent temps plein rémunéré) s’élève à 113 174 euros pour le personnel médical et 43 044 pour le personnel non médical.
Le coût moyen du personnel médical est le plus élevé (116 950 eurospar an) dans les centres hospitaliers de taille moyenne (au budget annuel compris entre 20 et 70 millions). Viennent ensuite les grands CH au budget supérieur à 70 millions (114 128 euros) puis les CHU(111 512 euros). Les hôpitaux psychiatriques ferment le classement (108 730).

En revanche, pour le personnel non médical, le coût moyen annuel parETPR est le plus important dans les CHU (44 124) et décroît avec la taille de l’établissement pour être à son plus bas dans les CH au budget inférieur à 20 millions d’euros (39 555). Le coût moyen annuel d’un ETPest, pour la catégorie A, de 50 852 euros, de 49 463 pour la catégorie Bet de 35 995 euros pour la C. Les CHU affichent les coûts les plus élevés pour les catégories A et B.
Dans le personnel médical, les inégalités de rémunération hommes/femmes sont très marquées, quels que soient le type d’établissement ou la durée du temps du travail. En moyenne, la rémunération des hommes à temps plein est de 83 309 euros, celle des femmes de 72 453 euros. À temps partiel, les hommes sont rémunérés 76 167 euros, les femmes, 61 647 euros. Ces inégalités persistent dans une moindre mesure dans le personnel non médical (à temps plein les hommes gagnent 31 801 euros contre 30 812 pour les femmes).

Intérim médical : jusqu’à 5 % des dépenses des CH

Pour 104 établissements étudiés, la part des dépenses d’intérim médical représente 3,3 % des dépenses tous hôpitaux confondus (0,32 % pour les non-médecins). Elle est la plus importante dans les CH moyens où elle atteint 5,1 %, puis dans les gros CH (3,5 %) et les petits CH (2,1 %). Les CHU (seulement 4 ont répondu) affichent la part la plus réduite d’intérim médical (0,6 % ) comme non médical (0,09 %).

Un taux d’absentéisme de 7 %

Sur la base des données de 188 établissements, le taux d’absentéisme global dans les hôpitaux est de 7 % en 2012.
Dans le détail, pour le personnel médical, il est de 2,8 % en moyenne, et s’élève jusqu’à 4,3 % dans les petits établissements. Il est faible (0,2 %) sous la barre de 6 jours (maladie ordinaire). Le taux d’absentéisme est surtout lié à des congés supérieurs à 6 jours. En moyenne, le nombre de jours d’absence est de 7,7 jours.
Pour le personnel non médical, le taux d’absentéisme est de 7,4 % en moyenne et atteint 8,1 % pour le personnel des services de soins. Comme pour les médecins, il est le plus important dans les petits CH, et gonflé par les congés supérieurs à 6 jours. En moyenne, le nombre de jours d’absence est de 25,5 jours.
La part des jours d’absence pour accident du travail ou maladie professionnelle est bien plus élevée chez les non-médecins (respectivement 7,7 % et 3,3 %) que chez les médecins (1 % et 0,5 %). Les métiers les plus exposés sont pour les premiers ceux de masseur-kinésithérapeute et d’infirmier, pour les seconds, ceux d’anesthésiste réanimateur, de radiologue et de psychiatre.

27 jours stockés par médecin dans son CET en moyenne

Selon les données de 239 établissements, chaque praticien a stocké en moyenne 27 jours de CET (compte épargne-temps). Les gros CH tiennent le haut du tableau avec une moyenne de 34,6 jours stockés par médecin hospitalier, suivis par les CH moyens (28,6), les CHU (21,7 jours).
Le personnel non médical a lui stocké seulement 2,8 jours en moyenne. Le nombre de jours épargnés par agent est le plus élevé dans les hôpitaux psychiatriques (4) et les hôpitaux moyens (3,1).
Coline Garré

Aucun commentaire: