Articles, témoignages, infos sur la psychiatrie, la psychanalyse, la clinique, etc.

mercredi 26 mars 2014

Ni enfant, ni regret

MARIE-JOËLLE GROS ET CATHERINE MALLAVALOn compte aujourd'hui en France 5% de sans-enfant parvenus au terme de leur «vie féconde», selon les chercheuses de l'Ined.
Ils résistent. Ils bravent l’une des plus fortes injonctions de la société. Ils ne veulent pas d’enfant. Est-ce le début d’une tendance ? Une simple passade ? En France, pays qui se glorifie de ses baby-booms, la fécondité se tasse : pour la première fois, en 2013, elle est passée à 1,99 enfant par femme, donc sous le seuil des 2. En Europe, la décroissance est quasi générale, aux Etats-Unis aussi. De quoi aiguiser la curiosité des démographes de l’Institut national des études démographiques (Ined) qui, en février, cherchait à décortiquer le phénomène dans un rapport intitulé «Rester sans enfant, un choix de vie à contre-courant».
Les chiffres sont là : on compte aujourd’hui 5% de sans-enfant parvenus au terme de leur «vie féconde», comme disent les chercheuses de l’Ined Charlotte Debest et Magali Mazuy. Ils risquent fort d’être rejoints par des plus jeunes. Une bande d’insoumis qui revendiquent leur manque d’envie d’enfanter. Alors qu’ils sont encore en âge de le faire.
Liberté. Ceux-là, qui sont-ils ? Des hommes et des femmes qui se sentent tout simplement bien sans enfant. Ils sont tantôt Ginks (Green Inclination No Kids), des écolos militants de la décroissance de la population ; tantôt en rébellion contre la société et ses règles du jeu ; parfois totalement investis dans leur boulot ; parfois seulement épris de liberté.
Sitôt l’étude de l’Ined parue, un déferlement de réactions en forme de «Des enfants ? non merci !» a inondé le Web. «C’est mon cas : je ne voulais ni tomber enceinte, ni accoucher, ni devenir mère, ni avoir affaire à des biberons, des joujoux, des poux, des cailloux», témoignait par exemple Sweetalix. «Combien d’enfants sont nés de parents qui n’en avaient pas envie ?» renchérissait Phil. «Ne pas avoir la fibre maternelle n’est pas une tare !» assurait Jeny.
Menaces. Incompréhension, jugements, salves sur l’égoïsme ont aussi été jetés dans la mêlée. Comme si ce choix dérangeait. Au point que tous ceux qui clament leur non-désir d’enfants sont sans cesse obligés de se justifier. Et de lutter, surtout les femmes, contre des menaces du type «tu vas passer l’âge et regretteras» ; «les femmes sans enfant ne sont pas accomplies» ; «tu vas finir vieille fille [ou vieux garçon]».
Pour mieux cerner ces dissidents de l’enfantement, témoignage de deux couples en âge de se reproduire, qui ont déjà passé l’âge moyen du premier enfant (28 ans pour la mère, 31 pour le père) et, pourtant, sont fermement décidés à s’abstenir.

Aucun commentaire: